I.CERAM – Des implants de haute technologie pour sécuriser les actes opératoires

Chers Actionnaires,

Voici notre sixième lettre aux actionnaires qui, je l’espère, vous confortera dans votre choix d’être actionnaire. La crise sanitaire qui dure depuis plus de deux ans doit rester derrière nous. Celle-ci a révélé une société qui pouvait s’enfermer pendant 11 semaines tout en se faisant livrer des biens de première nécessité. Elle a aujourd’hui des répercussions quotidiennes chez nos clients et nuit à nos organisations d’entreprises où le télétravail est devenu un mode de fonctionnement dans lequel la visioconférence continue de se développer. Comme vous avez pu l’entendre dans les médias, les hôpitaux ont été surchargés et n’ont pas encore retrouvé la sérénité que nous leur demandons notamment dans la prise en charge des chirurgies et traitements complexes. Les opérations non-vitales sont toujours déprogrammées, cela prouve que le contexte a intensément perturbé les prises en charges. Pour autant, les équipes d’I.Ceram continuent de travailler et de recueillir les informations nécessaires afin de garantir à nos clients la fiabilité des technologies novatrices mises en place. Le lancement d’un produit innovant, le sternum en céramique non-chargé, a vu sa naissance antérieurement à l’introduction en bourse. Au vu des publications scientifiques, il devient un produit de référence dans le traitement de pathologies complexes. L’aboutissement de certains de nos travaux de recherche a été reporté mais le retour à la normale des conditions de vie de notre société nous laisse entrevoir leur prochaine mise sur le marché.

Ce temps pesant, empêchant l’expression de la qualité de nos produits, nous a quand même permis de continuer à cumuler un recul clinique certain et de voir publier la première thèse de médecine sur notre implant sternal pour 40 personnes opérées dans le cas de tumeurs sternales. Une nouvelle publication scientifique a également vu le jour dans le « European Journal of Pediatric Surgery Reports ». Elle est d’un intérêt majeur et met en évidence le cas clinique d’une enfant ayant reçu un sternum en céramique à l’âge de 13 ans au CHU de Lille et qui a depuis repris un parcours de vie normal.

Bien évidemment, le chiffre d’affaires d’I.Ceram n’a pu progresser comme attendu mais nous avons pour autant réussi à faire progresser l’activité de l’entreprise en mettant toute notre énergie à la compression des coûts afin de diminuer très fortement nos pertes d’exploitation en 2021 et de s’inscrire sur un trend qui doit conduire à des bénéfices financiers en 2023. Le chiffre d’affaires 2021 nous a procuré malgré la période complexe une insatisfaction qui n’évoque pas la qualité propre à nos produits. Lors de la publication de notre chiffre d’affaires 2021, vous avez pu constater que les ventes d’implants en céramique ont augmenté de près de 10 %. Un élément à retenir est l’activité « export » sur les implants prothétiques qui progresse de 75 % et nous a permis de maintenir une activité constante. L’activité « export » continue d’ailleurs sa progression en 2022 avec +58% sur le premier semestre. Cela nous laisse à penser que dans ces périodes compliquées il ne faut rien abandonner d’autant plus dans le domaine médical où les évolutions, les prises de parts de marchés et les changements d’habitudes sont complexes à initier et à pérenniser. Bâtir sur le long terme une stratégie est pour nous une obligation quand on sait que le développement d’un antibiotique met 20 ans.

Concernant l’investissement de mes collaborateurs, le taux d’absentéisme depuis l’entrée en bourse est de 2,7%. Pour autant, l’activité bien que stable dans ses chiffres a évidemment subit l’impact du Covid, sur la période allant du 1 janvier 2020 au 31 décembre 2021, le taux d’absentéisme est monté à 13,2 % dont 10,9 % pour les absences Covid, et ce malgré un prisme déformant à ne regarder que le taux de positivité au Covid, propice à l’éloignement de nos collaborateurs de leur activité professionnelle. En tant que chef d’entreprise et au vu du climat social instauré dans l’entreprise, ce taux d’incidence n’a pas encore totalement réussi à déstabiliser notre organisation. Nous nous en félicitons car l’essentiel a été préservé notamment par la livraison quotidienne de nos produits mais également par la première implantation d’un sternum chargé en antibiotiques vendu en Afrique du Sud.

Visualisez la lettre dans son intégralité en CLIQUANT ICI